DOMAINE SAINT-LOUIS

Au cœur de la Provence

Situé au cœur de l’arrière-pays varois, à quelques encablures de l’abbaye cistercienne du Thoronet, le domaine viticole de Saint-Louis du Thoronet s’étend sur 30 hectares, dans un paysage de Provence millénaire d’une tranquillité absolue. Dans son écrin naturel composé de vignes plantées depuis plusieurs décennies, de pins et d’oliviers centenaires, le domaine cache en son cœur une Bastide du XVIIème siècle qui cultive l’art de vivre. Le terroir tout en nuances et en contrastes et le soleil de la Méditerranée infusent la vigne tout au long de l’été et contribuent à faire naître un vin d’une grande richesse. Une véritable incitation au voyage et à la découverte des parfums de Provence. Mais aussi une invitation à la paresse et à la douceur de vivre dans cette contrée où tout est expérience pour qui sait ouvrir ses sens.

Cet emplacement idéal, à la croisée des chemins entre le lac de Carcès et l’abbaye du Thoronet, fait le bonheur des randonneurs, des cyclistes et des amateurs d’histoire...Les lignes pures d’une allée de cyprès vous incitent à entrer. Au loin, flanquée sur le coteau, la bastide du domaine vous accueille, massive et élégante à la fois, rassurante et apaisante. Vous êtes arrivés. Saint Louis du Thoronet vous enveloppe de ses vallons, bois et vignes, de ses oliviers à perte de vue… Ici le temps s’arrête. Accordez-vous une pause en terre provençale, loin du rythme trépidant de notre siècle. Installez-vous sur la terrasse face au soleil et respirez.

Un lieu chargé d’histoire

Le domaine de Saint-Louis du Thoronet doit son nom à l’Abbaye cistercienne voisine, édifiée entre 1160 et 1230. Cette abbaye, joyau de l’art roman, est l’une des trois abbayes cisterciennes de Provence, avec Silvacane et Sénanque.
Elle est un exemple pour l’architecture contemporaine, par la pureté et la simplicité des volumes. Saint-Louis serait le nom d’un moine cistercien qui vécut à l’abbaye autrefois. Les vignes du domaine sont plantées sur les anciennes terres de l’abbaye.

ENTRE HASARD ET PASSION

Jusqu’au à la fin des années 2000, le domaine, connu sous le nom de Domaine du lac, fut entretenu et ses vignes donnèrent un vin de qualité. Laissé à l’abandon depuis, il revit en 2017 grâce à la passion d’un homme. C’est en se promenant dans les environs que le propriétaire actuel – amateur de bons crus – découvre par hasard le domaine en désuétude. Il éprouve alors pour les vignes à l’abandon, la Bastide à l’écart sur son promontoire, les pins et les ifs qui animent le paysage, un vrai coup de cœur et achète sans tarder ce site magnifique qu’il entreprend de restaurer dans les règles de l’art.

C’est ainsi que tour à tour, avec son épouse qui prend la responsabilité du domaine, la Bastide est réaménagée, les restanques remontées selon les méthodes ancestrales des murs en pierres sèches, les ifs et les jardins taillés, le chai équipé et le caveau réhabilité. En parallèle, il entreprend de soigner cet écrin de verdure dans le respect de la terre et de la nature et avec bon sens. C’est un homme du terroir, qui aime la terre et qui connait la vigne ;
il entreprend de la faire revivre pour créer un vin d’exception.

En accord avec la nature

Le nouveau propriétaire, entreprend dès son rachat de soigner et de tailler les vignes laissées à l’abandon et découvre avec stupéfaction la richesse des cépages, avec des pieds anciens de cépages Carignan et Uniblanc qui datent des années 1945-1950. Des grenache, des Syrah, des Rolle… Après plusieurs mois de débroussaillage, il recense les oliviers au nombre de 625, dont certains sont centenaires et découvre que le domaine inclut une forêt et des terres vivantes, peuplées de cigales, coccinelles, sauterelles, lièvres, sangliers, biches, etc… Un endroit préservé qu’il entend tout mettre en œuvre pour protéger. Il met en place une démarche raisonnée. Avec un travail des sols qui consiste à les labourer pour les aérer, décontracter la terre et enlever les mauvaises herbes et les racines, à couper mécaniquement l’herbe entre les pieds des vignes. Ce qui permet très rapidement d’arrêter totalement l’emploi des désherbants. Les sols, argilo-calcaires majoritairement, avec quelques traces de bauxite qui leur donnent par endroits une tonalité rouge, sont enrichis avec de la matière organique labellisée bio. Un travail au quotidien qui demande du temps, de la régularité et de la discipline. Mais aujourd’hui, à peine deux ans après la reprise du domaine, Saint-Louis du Thoronet resplendit et la vigne promet des vins savoureux. En particulier un vin rouge d’exception pour un Côtes de Provence.